Il y avait en cette compagnie des sorcières

« Les plus pauvres créatures qu’on ne vit jamais venir en France d’âge d’homme. Il y avait en cette compagnie des sorcières qui regardaient les mains des gens et disaient ce qu’il leur était arrivé ou arriverait… Elles vidaient les bourses de gens, à ce qu’on disait. À vrai dire, j’y fus trois ou quatre fois pour leur parler, mais je ne m’aperçus jamais d’avoir perdu un denier, ni ne les vis regarder dans les mains ; mais on le disait partout… » (Journal d’un Bourgeois de Paris, 1427

Gravure-bohémiens

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

TOP