Déclaration d’indépendance du Mouvement du 16 Mai

Texte prononcé  sur scène en français, rromanes et anglais, à l’ouverture du bal politique de la Fête de l’Insurrection Gitane, le dimanche 15 Mai 2016 sur le parvis de la Basilique de Saint-Denis.

 

Nous,  Rroms,  sommes beaux.

Mais partout votre monde nous enlaidit.

Sur vos trottoirs, dans vos prisons, dans les bidonvilles que vos États nous font,

Votre monde nous enlaidit sauf dans vos rêves, dans vos cirques, sur vos scènes, ou  dans vos films,

Votre imagination est notre espace politique. Il n’y a que dans vos rêves que nous sommes libres.

Nous ne vous apparaissons jamais qu’avec un masque pour vous plaire ou nous soumettre.

Ce jeu est si vieux qu’à vous comme à nous il semble naturel.

Et même lorsque les Etats tentent de nous détruire, c’est toujours devant vos propres juges que vous les faites comparaitre.  Et tous sont absous.

Et à la fin, dans vos tribunaux, même nos morts  sont toujours présumés coupables.

Raymond Gurême, notre grand-père à tous,  a survécu au « génocide des tziganes »

Il nous fait  l’honneur, encore cette année, d’être avec nous à cette fête de l’insurrection gitane. Il est pour nous un exemple, un héros !

Lorsqu’à son âge, il est battu chez lui par des policiers, le procureur classe sa plainte et fait sur lui peser la suspicion : parce qu’étant ce qu’il est c’est bien qu’il a dû mérité ces coups de bâton.

Il y  aussi tel grand historien de l’ « holocauste », Gunther Levy, ou tel haut fonctionnaire du Conseil de l’Europe qui formulent l’étrange hypothèse raciste que la cause de la violence qui nous est faite serait en nous.

Même lorsque les Etats tâchent de soigner le mal que vous voyez nous ronger la vie : la vieillesse au visage d’une jeune maman, l’infection du foi d’un fils qui meurt à 26 ans, les poumons de jeunes filles empoisonnées par le voisinage d’une usine de béton, le cadavre carbonisé d’un nourrisson dans la misère de vos villes, c’est avec l’idée que la source de ce mal est en nous, et que pour le soigner, il vous faudrait nous faire cesser d’être nous-mêmes. C’est ce qu’on appelle l’intégration, qui est une autre manière de nous détruire.

Il suffit de regarder : plus les politiques publiques d’intégration croissent en intensité, plus les nôtres souffrent partout en Europe. Mais désormais nous savons, ce n’est pas en nous qu’est la source du mal dont nous mourrons. Et à mesure que nos souffrances progressent, vos monstres politiques apparaissent : vos barbelés, vos polices des frontières, les camps de concentration en Grèce où vous gardez des réfugiés. Même la mer méditerranée qui vous a enfantés devient un charnier. Et soyons sûrs, mes frères et mes sœurs rroms, que ce dont meurent les enfants, les femmes et les hommes  qui arrivent d’Afrique ou de Syrie, c’est du même mal que nous. Nous mourrons tous de cette Europe !

Aujourd’hui, en mémoire de la révolte des Femmes et des hommes qui se sont soulevés le 16 Mai 1944 dans les camps des « familles tizganes de Auschwitz II-Birkenau », nous, Hommes et femmes rroms vivants, déclarons la création du « Mouvement du 16 Mai »

Le « mouvement  du 16 Mai » est une organisation politique rrom autonome, une médecine par quoi nous avons décidé de soigner nous mêmes le mal dont nous souffrons. Nous vous sommes grés de vos médecines mais elles nous ont jusqu’ici été un poison.  Notre santé ne dépend que de nous. Nous savons désormais que ce n’est pas en vous imitant que nous irons mieux, car  nous savons que vous aussi êtes malades.

Quand  nous nous serons lavés de la laideur, soignés des cicatrices que votre racisme, votre violence, votre pitié ont marqués sur nos peaux, c’est vous qui voudrez nous ressembler, et pas seulement en portant nos jupes et nos chapeaux. Vous voudrez ressembler à ce que nous sommes et tels que vous ne nous avez jamais vus.  De notre santé dépend aussi la votre. Car si nous sommes ceux qui souffrent, le mal est parmi vous.

C’est pourquoi le  Mouvement  du 16 Mai est une déclaration d’indépendance et une déclaration d’amour.  La nuit du 2 Août 1944, quand quelques 3000 Femmes, hommes et Enfants Rroms ont été instantanément détruit par le gaz, l’instant d’avant, dans l’antichambre, un membre du réseau de résistance de Birkenau qui survivra a vu, et raconté ce qu’il décrit comme « un spectacle inhabituel qu’il n’avait encore jamais observé dans cette horreur: des hommes serraient passionnément leur femme dans un ultime étreinte, et donnaient ainsi adieu à l’être le plus cher qu’ils avaient au monde – comme à leur propre existence. »

Cet amour-là,  c’est ce que nous appelons le « soulèvement de la vie nue », c’est l’acte politique à quoi nous voulons être fidèles, c’est la promesse à quoi nous voulons être tenus. C’est au cœur de cette nuit éternelle que le Mouvement du 16 Mai, la Fête de l’insurrection gitane et tout le mouvement international Rromani Resistance veut porter le présent.  Depuis ce point irradiant la nuit d’intensité amoureuse, Nous, les Rroms, sommes désormais éternellement vivants et debout !

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

TOP